décés d'Yvonne Tolman

 

 

 

 

Décès d'Yvonne Tolman le 8 décembre 2010 à Paris

  Yvonne Tolman est morte. Elle était une grande avocate et toutes les femmes de tous les pays étaient ses sœurs.

C'est elle qui avait créé en 1952, avec Noely Watin, l'AFCJ.

Yvonne nous paraissait éternelle, et l’annonce de sa mort nous surprend comme si elle avait encore à faire beaucoup parmi nous, comme elle nous le disait bien fort lors de la remise de la médaille de la ville de Paris pour ses 107 ans. Nous avons en mémoire sa tenue droite et altière lorsqu’elle se leva à l’écoute de son nom.

Elle nous haranguait sans avoir un geste de faiblesse ou une posture d’une quelconque déficience qui aurait été naturelle à son âge. Ni tremblement, ni béquille, signe du temps qui ne prenait pas prise. Seule une élocution chaotique mais pourtant si précise dans le message qu’elle nous adressait. Elle prônait l’engagement à tout moment nécessaire, considérant que les occasions ne devaient jamais être manquées pour sensibiliser et inviter à la vigilance. Elle nous disait de continuer ce combat qu’elle avait elle-même entrepris, se rappelant avec vigueur sa marche pour des femmes turques… en 1925….comme si c’était hier….Au temps des lapidations programmées on peut comprendre qu’il n’y a pas de place pour l’illusion d’un repos possible. Et bien continuons car il est vrai qu’en plus d’un siècle l’œuvre des femmes de son rang ont imprimé un mouvement qu’il nous appartient de poursuivre sans relâche. N’oublions pas qu’elle fut des combats les plus difficiles avec tous les courages à des époques, sans le luxe du recul et du confort…une époque où un mot comme celui de Drancy est un rappel à l’Ordre.

A travers elle, ce sont tous les combats des femmes qui se manifestent. Nous avons besoin que soit poursuivie son action, que soit développée notre association partout où une femme est bafouée dans ses droits.

Nous sommes tristes, mais Yvonne Tolman aurait su nous faire oublier notre tourment comme s’il s’était agi de le transcender pour mieux être ensemble. Nous le sommes grâce à elle, comme nous l’étions en ce jour de recueillement devant sa dépouille pour lui faire notre dernier adieu. Mais au-delà, nous attendons que vous et toutes celles qui nous sont proches dans le monde judiciaire et juridique nous rejoignent car la mémoire d'Yvonne le requiert. C'est sa force qui nous manquera.

Commentaires (1)

1. Sophie Tzitzichvili de Panaskhet (site web) 19/01/2014

Chère Yvonne!
Vous étiez pour moi LA Redoutable, l'Irréductible représentante de nos efforts pour la promotion des jeunes contre toutes les indifférences. Responsabilité, résistance, engagement... mais aussi respect, fantaisie et créativité, affection surtout, étaient l'apanage des relations privilégiées que vous entreteniez avec chacun d'eux, chacun d'entre nous, chacun de ceux qui étaient prêts à vous soutenir dans votre combat de tout les jours, pour que les jeunes soient entendus, et que nos travaux soient reconnus.
Que de souvenirs, d'émotions, de rencontres, nous avons pu vivre grâce à vous!
Que de formidables actions et de magnifiques leçons d'humilité avons nous partagées lors des Assises que vous avez créées et animées entre Le Sénat, Issy Les Moulineaux... et qui nous ont forgés.
Que d'encouragements vous nous avez prodigués pour que nous ne laissions jamais tomber nos convictions, dans vos lettres amies, comme autour d'un de vos thés si animés et chaleureux. Comme j'aimais venir me perdre dans vos extraordinaires appartements au détour de mes voyages, pour rire de mes aventures et discuter avec vous de ce Comité qui vous tenait tant à cœur et m'encourageait à poursuivre! Vous m'avez offert une si belle leçon de vie, un réconfort aussi à vous voir si énergique dans chacune de vos actions, dans chacun de vos discours, jusqu'à votre mariage ... à votre age... toujours si malicieuse, et si fière! Je suis contente que vous ayez connu ma lumineuse petite fille qui se destine à une belle carrière juridique... Protégez là de votre amour pour que la justice et l'honneur la conduisent sur son chemin. A mon tour, je suis fière Chère Yvonne de vous offrir mes presque 30 ans d'apprentissage et d'espérance, dans l'animation et la construction de nombreuses personnalités. 30 ans pour lesquels je vous remercie de tout mon cœur, avec toutes mes pensées les plus affectueuses. Bien à vous, à jamais et pour toujours, pour les enfants, pour les jeunes. Sophie

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau